PLEASE NOTE: JAVASCRIPT IS DISABLED ON YOUR BROWSER. For the best user experience, please enable javascript on your browser now.

Quel rôle la mémoire joue-t-elle dans l’apprentissage d’une langue étrangère ?

Quel que soit l’âge auquel vous apprenez une langue étrangère, il ne fait nul doute que cette activité vous aide à garder votre cerveau actif.

On ne dirait peut-être pas comme ça, mais cela peut être une véritable gymnastique que de se souvenir d’une expression ou d’un terme enfoui dans votre matière grise.

Découvrez dans cet article le rôle clé que votre mémoire joue lors de l’apprentissage d’une nouvelle langue !

 

La mémoire, l’outil clé pour apprendre une langue

C’est bien simple : c’est notre mémoire qui nous permet de retenir des mots étrangers, de mémoriser des règles de syntaxe mais aussi d’assimiler des structures grammaticales différentes de notre langue maternelle. Tout le monde sait que nous avons deux types de mémoire : la mémoire à court terme et la mémoire à long terme. Dans l’apprentissage d’une langue, c’est la mémoire à long terme qui va nous être précieuse.

Dans les faits, les choses vont encore plus loin, car les scientifiques subdivisent la mémoire à long terme en 3 parties :

  • La mémoire procédurale : c’est elle qui nous aide à retenir des habitudes, comme une syntaxe particulière par exemple (le fait de rejeter le verbe en fin de phrase dans une proposition subordonnée en néerlandais par exemple)
  • La mémoire sémantique : elle sert à enregistrer des références culturelles. Dans le cadre de l’apprentissage d’une langue étrangère, c’est elle qui nous permet de mémoriser le sens des mots.
  • La mémoire épisodique ou personnelle : elle est propre à chacun d’entre nous. C’est notamment elle qui nous permet de nous rappeler d’une situation et de récupérer les expressions qui y sont liées.

 

Comment le cerveau apprend-il une langue étrangère ?

Les informations que l’on mémorise lorsque l’on apprend une langue sont appelées « des traces mnésiques » dans le jargon scientifique. En fait, le  :

  • il encode les données. C’est à ce moment-là que les traces mnésiques se forment.
  • il consolide les données.
  • il récupère les données. Cette opération est indispensable pour la maîtrise active ou passive d’une langue.

 

Le saviez-vous ? Apprendre une langue prévient le risque de perdre la mémoire

Si l’on dit souvent que les enfants en bas âge ont plus de facilités à apprendre une langue que les personnes âgées, l’apprentissage d’une langue n’en est pas moins bénéfique pour notre mémoire. Certes, le cerveau d’une personne de 60 ans n’est plus aussi souple que celui d’un enfant de 5 ans, mais il n’y a en réalité pas d’âge pour apprendre !

Les bienfaits de l’apprentissage ont été prouvés médicalement : apprendre plus de deux langues au cours d’une vie permet de réduire considérablement les pertes de mémoire. Mieux encore, le bilinguisme permettrait de retarder de 5 années l’apparition des premiers symptômes de la maladie d’Alzheimer. Pourquoi ? Parce que cette gymnastique constante permet de conserver les connexions cognitives !

 

Vous souhaitez découvrir plus de techniques pour apprendre une langue ? Retrouvez-nous sur Facebook et sur Instagram !

Comments are closed.